Routes du Liban

8 jours / 7 nuits

Vous aimerez :

Les ruines de l'époque greco-romaine

Vous aventurer à 1000 mètres d'altitude dans l'arrière pays

Explorer les vallées millénaires et les grottes

Les monastère et cathédrales romaines

Contactez nos experts
09 50 94 44 84

Meilleure période

Mars, Avril, Mai, Juin, Septembre, Octobre

Jour 1 - Arrivée à Beyrouth :

Journée de découverte de Beyrouth. Suivez le guide et partez à travers les immanquables et les quartiers les plus pittoresques. Le guide francophone qui vous accompagne, vous racontera l’évolution de l’urbanisme de la ville, intimement lié aux questions communautaires et confessionnelles qui font de Beyrouth une ville complètement atypique. Vous prendrez des ruelles privées où se cachent de vieux palais beyrouthins invisibles depuis les grandes artères, et découvrirez également le dynamisme culturel et artistique contemporain. 

Jour 2 - Beyrouth :

Le lendemain vous partirez visiter la cité de Baalbek et la vallée de la Bekaa. La ville antique, se situe dans le nord de la plaine de la Bekaa, est composée de ruines de l’époque gréco-romaine, avec des traces plus anciennes de l’époque sémitique. Le site figure sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. 

Le complexe de trois temples géants laissé par les Romains comprend: 

Le temple de Bacchus, un des temples les mieux conservés du monde gréco-romain, 

Le temple de Jupiter dont il reste six colonnes de granite, 

Le temple de Vénus. 

Jour 3 - Beyrouth / Douma : 

Petit déjeuner puis route avec votre chauffeur pour Douma, à 1000 m d’altitude, dans l’arrière-pays de Batroun. En chemin arrêt pour visiter Byblos et la grotte de Jeita. 

Site remarquable, Byblos, Jbeil en arabe, serait habitée de façon continue depuis près de 7000 ans ! Un vrai bonheur pour les amateurs de millefeuilles archéologiques. Les murs médiévaux renferment une mosquée (XVIIe siècle), une église génoise, un château croisé (XIIe siècle), un souk… Les ruines antiques dominent le petit port de pêche et le port phénicien, d’où se fit un commerce important de vin et de bois de cèdre avec l’Egypte et la Grèce. Parmi les vestiges entassés, les tombeaux des rois de Byblos. Le christianisme aurait été implanté ici par l’évangéliste Marc. Pour les périodes plus récentes, de belles maisons traditionnelles (XIXe siècle généralement). 

A 18 kilomètres au nord de Beyrouth, au Liban, dans la vallée de Nahr el-Kelb, la grotte de Jeita fait la fierté des Libanais. Vestige de la Préhistoire, elle a été découverte il y a plus d’un demi-siècle et se compose de deux grottes : la partie supérieure et la partie inférieure. En 1836, le révérend William Thomson, un missionnaire américain, fait la découverte de la grotte inférieure. Il s’aventura jusqu’à près de 50 mètres dans cette grotte, traversée par une rivière qui forme un lac près de l’entrée (le « Lac Noir »).  En 1958, des spéléologues libanais font la découverte de la partie supérieure de la grotte, située à 60 mètres au-dessus de la grotte inférieure et aujourd’hui accessible aux visiteurs par une passerelle spécialement conçue. Depuis, cette grotte est devenue une attraction incontournable et un joyau de la nature. 

Arrivé à Douma puis installation pour deux nuits dans le haut du bourg au Beit Douma. La façade XIXe, aux volets jaunes soulignés de pourpre, marque d’emblée une opulence acquise à l’étranger et rapatriée au village natal. Patrimonial, quoi. A l’intérieur, la décoration fait usage de belles étoffes, met en valeur des plafonds splendides et aménage de jolies surprises dans l’esprit géométrique international. Les entours de vergers et d’oliveraies, l’élevage local, les potagers fournissent à l’hôtel de quoi servir des petits déjeuners terroir savoureux. C’est un peu comme vivre dans une maison de famille que l’on ne connaissait pas… 

Jour 4 - Douma : 

Aujourd’hui profitez de l’hôtel ou partez explorer la région. Vous pourriez faire la visite des sites historiques comme le monastère St Antoine (en option). D’une vieille église à une autre, vous méditerez sur un mur phénicien ou sur la forteresse croisée-ottomane de Mseilha, au bord du Nahr el-Jaouz. La limonade, qui est une spécialité de la ville, désaltère à point. 

De Bécharré, une route en lacets mène jusqu’au plateau connu sous le nom des Cèdres. Après la station de ski, se trouve la cédraie. Le bosquet d’environ 300 cèdres constitue une relique et un précieux témoin des forêts qui ont fait la renommée du Liban depuis les temps les plus reculés. Les Égyptiens utilisaient le bois de cèdre pour leurs temples et leurs barques solaires. Hiram en expédia à Salomon pour la construction du Temple de Jérusalem, et la flotte phénicienne fut construite de ce bois précieux. Un sentier tracé au milieu d'arbres majestueux permet d’admirer certains cèdres qui atteignent une hauteur de 35 mètres et une circonférence de 14 mètres. Une douzaine d’entre eux serait millénaire. 

Dans l’après-midi vous pourriez continuez votre route à bonne distance (8 km) de la route côtière menant vers Tripoli, il y a huit siècles, les moines cisterciens fondaient leur première abbaye d'outre-mer sur un promontoire et lui donnaient le nom de Belmont. Connu aujourd'hui sous le nom de Balamand, il est le siège d'un monastère orthodoxe dédié à la Vierge et à Saint Georges. 

Jour 5 - Douma / Beyrouth :

Route pour Beyrouth. Installation pour deux nuits au cœur de Beyrouth dans le fameux hôtel Phoenicia.  

Du temps où le Liban était connu sous le nom de «?Suisse du Moyen-Orient?», Najib Salha, important homme d'affaires libanais, a décidé de construire un magnifique hôtel à Beyrouth. En décembre 1961, sous l'égide de la Société des Grands Hôtels du Liban, l'hôtel Phoenicia a ouvert ses portes pour la première fois aux rois, reines, leaders mondiaux, célébrités et hommes d'affaires. La crème de la crème des quatre coins du globe a fait du Phoenicia Hotel leur maison ici.  

Un nouvel acteur dans le segment des hôtels de luxe est né. Imaginez un hôtel grandiose conçu par l'architecte américain renommé Edward Durell Stone, alliant un extérieur élégant avec un fabuleux intérieur majestueux. Ensuite, imaginez de splendides chambres et suites, restaurants raffinés, boutiques glamour et piscines intérieure et extérieure. 

Jour 6 - Beyrouth : 

Départ avec votre chauffeur privé pour visiter le Chouf et le sud du pays (Sidon, Tyr).  

Fief des Druzes, le Chouf est l'une des plus belles régions du Liban. On y accède au départ de la route du littoral Méditerranéen au niveau de la ville de Damour, qui abrite de belles plages. La route qui grimpe jusqu'aux villes de Deir-el-Qamar et Beiteddine offre de spectaculaires paysages de gorges, rivière et forêts, ainsi que des villages préservés dont l'architecture traditionnelle tranche avec le littoral bétonné envahi de constructions hideuses. Parmi les incontournable de cette région montagneuse, il faut visiter Beit ed Dine, un élégant palais mauresque classé monument historique, construit au siècle dernier par l'émir Béchir aujourd'hui résidence d'été des présidents de la République libanaise, Deir-el-Qamar et ses ruelles pittoresques, capitale du Mont-Liban au début du XVIIe siècle sous le règne de l'émir druze Fakhr-al-Din II, qui a conservé son architecture typique et qui abrite un intéressant musée de cire, le Château Moussa, et les Cèdres du Barouk, les plus étendus du Liban. 

Jour 7 - Beyrouth / Vol retour : 

Dernier jour libre pour profiter de la région puis transfert à l’aéroport de Beyrouth avant de prendre votre vol retour. 

Monnaie:

Livre libanaise (L£)

Santé

Vaccinations à jour :

  • DTPolio
  • ROR chez l'enfant
  • antituberculeuse
  • fièvre typhoïde, méningite, hépatites A et B, rage, en fonction des conditions locales

Formalités

Le visa est obligatoire pour les ressortissants français. Un visa de court séjour d’un mois renouvelable vous sera délivré à l’arrivée dans le pays sur présentation d’un passeport ayant une validité suffisante (au minimum six mois après votre date d’entrée).

Aucun étranger ne sera admis sur le territoire libanais s’il est détenteur d’un passeport revêtu de visas ou de tampons d’entrée ou de sortie d’Israël ou d’un billet d’avion mentionnant ce pays. La découverte dans les bagages de documents relatifs à un séjour en Israël (billet d’avion, étiquettes de bagage, documents rédigés en hébreu, etc.) peut produire le même effet. Ni l’ambassade de France au Liban ni le consulat général de France à Beyrouth ne pourront s’opposer, dans ce cas non plus, au refoulement d’un ressortissant français.

Sur demande, nous consulter.