VISITER LA FONDATION BARNES

La Fondation Barnes est la plus fabuleuse des collections privées dans le domaine impréssionnistes et post-impressionnistes. A Philadelphie, à l'intérieur de la maison d'un pharmacien collectionneur qui rassembla des centaines de toiles signées Renoir, Picasso, Cézanne, Modigliani, Soutine, Courbet, etc. Depuis le mois de mai 2012, elle est installé le long de l'avenue Benjamin-Franklin en centre-ville. De l'extérieur, le musée flambant neuf se caractérise par ses lignes épurées, typiques de ce début de XXIe siècle. Mais à l'intérieur tout paraît encore dans son jus d'avant-guerre. On croit entrer dans le domicile du collectionneur avec des murs de toile blond, meubles de la vieille Pennsylvanie luthérienne, textiles et céramiques indiennes, statuettes africaines, objets asiatiques et antiques, ferronneries rustiques, poêles, écumoires et cafetières en étain des premiers colons: le curieux bric-à-brac au sein duquel Barnes accrochait ses trésors a été scrupuleusement reproduit. L'histoire de ce pharmacien mort en 1951, qui avait fait fortune grâce à un antiseptique efficace dans le traitement précoce de la blennorragie. Il contraignait le légataire, une université noire de la région, à ne rien toucher. Aucun des neuf mille objets et 800 tableaux, qu'il soit chef-d'œuvre ou pas, authentique ou pas, artistique ou simplement artisanal, ne pouvait bouger. Ce fonds devait rester dans son agencement particulier. Excentricité ? Pas du tout. Persuadé que l'art n'a ni frontière ni hiérarchie, Barnes disposait ses tableaux sans considération d'école, d'époque ou de pays. Rapports et contrastes formels, thématiques ou symboliques étaient privilégiés afin de susciter le questionnement, donner envie de comprendre. Philanthrope, il imaginait ainsi contribuer à l'élévation des moins favorisés, en particulier de la population noire. La Fondation Barnes est désromais un musée parmi les plus célèbres des Etats-Unis.